Naser Nassan Agha, artiste-peintre syrien

Né à Idlib, en Syrie en 1961
Vit et travaille à Brême, en Allemagne

Naser Nassan Agha est né à Idlib, Syrie en 1961. Naser est un artiste de la ville d’Alep qui est arrivé à Brême, en Allemagne en 2015. Il a représenté la Syrie avec la beauté de son art localement et globalement dans un grand nombre de galeries, et a remporté plusieurs prix locaux et internationaux.

Les couleurs vives des tableaux de Naser frappent immédiatement le regard. Un examen plus approfondi révèle des lettres de l’ancien alphabet syrien. Une autre caractéristique du travail de Naser est l’usage de structures architecturales. Peinture et poésie sont intimement imbriquées et l’une est le miroir de l’autre. Sa profonde créativité artistique nous amène à des œuvres d’art passionnées d’une authenticité originelle. Ses œuvres sont des poèmes colorés et impliquent des harmonies musicales uniques et chaleureuses, qui se faufilent hors de grandes et riches formations de couleurs. Elles sont mobilisées par la cadence des arcs, des fenêtres et des portes et couvrent les ornements et les voûtes, immergées dans la sphère de leur gravitation.

La ville d’Alep est le tréteau pour les vues qu’il fournit dans plusieurs de ses peintures. Naser aborde de multiples menaces dans son art, comme la puissance dangereuse de la mer, en particulier lorsque vous êtes assis dans un petit bateau. Il se concentre également sur le motif de la Femme et de la maternité. La déesse mythologique Ishtar représente l’amour, la guerre, la fécondité et la sexualité, et est présente dans un certain nombre de ses œuvres.

Les œuvres de Naser ont été exposées dans plusieurs galeries en métropoles européennes, telles que Paris, Rome, Stockholm et Madrid. La guerre n’a pas été en mesure d’arrêter la création de son art. Avec un certain nombre d’autres artistes, il a administré une galerie dans la ville d’Alep. Leur but était de souligner que, malgré toutes les difficultés, le peuple de Syrie possède cette mentalité profondément enracinée de ne jamais abandonner, et le désir de rester en vie est toujours présent.

Lorsque la situation à Alep s’est aggravée encore davantage, Naser a déménagé à Istanbul, en Turquie, où il a vécu pendant un an. Il a participé à de nombreuses activités et a réussi à établir une galerie d’art. D’Istanbul, l’artiste a déménagé à Brême à la fin de 2015. La ville de Brême a influencé son art, alors il combine son patrimoine avec la beauté qu’il a vue de manière harmonieusement artistique, introduisant des points de repère de Brême et d’Alep dans un certain nombre de ses peintures.

Ce diaporama nécessite JavaScript.