Mahmood Al Daoud, artiste-peintre syrien

Né à Homs, en Syrie en 1987
Vit à Damas, en Syrie

Mahmood Al Daoud est né en 1987 à Homs, en Syrie. En 2011, il a obtenu une licence en arts plastiques de l’Université d’Alep. Au cours de sa carrière d’artiste, on été organisées les expositions personnelles suivantes : « Queens » à Tajalliyat Art Gallery (Damas) en 2017, « In the Emptiness » à 392rmeil393 Gallery (Beyrouth) en 2013 et « Visual Sensations » à The Art House Gallery (Damas) en 2012.

Pour Mahmood Al Daoud, la peinture représente la lutte pour l’obtention d’un concept intérieur sur la toile. Il a expérimenté la peinture sur papier en développant à son tour une technique de mélange de couleurs sans avoir besoin des traditionnels coups de pinceau, puis a commencé à l’appliquer sur des toiles.

Dans ses œuvres, Mahmood Al Daoud s’est toujours efforcé de créer des couleurs uniques dans toutes leurs nuances possibles afin qu’elles communiquent au spectateur comme la sphère générale de la peinture. En plus de la richesse des couleurs, il cherche aussi une variation de formes et de couches pour donner à la peinture la sensation d’un monde aux multiples dimensions.

Chaque étape de la peinture jaillit d’un certain concept. L’un d’eux est le poids des figures humaines, qui, pleines d’émotions différentes semblent avoir le poids de rochers. Finalement, ces différents sentiments affectent différentes représentations de figures ou de personnages dans les peintures. Enfin, il développe et modifie constamment ses processus de travail, en expérimentant toujours pour ne pas être confiné dans une direction unique.

Mot de l’artiste

Mon principal objectif, au cours de cette dernière période de ma carrière artistique, a été le souci de l’espace dans l’œuvre d’art. J’étudie ses dimensions par rapport à des éléments abstraits et sa position à l’intérieur de ces derniers, puis la relation de cette entité par rapport à la nature statique. Ensemble, cette relation constitue une texture dans ma tête et donne une vision de l’intégration des éléments de ma peinture dans l’espace, et leur compatibilité avec l’air et les dimensions de cet espace. Dans mes nouvelles œuvres, j’étudie la relation entre la ligne et l’espace, et leur confluence avec des éléments en mouvement. A l’intérieur de cette construction, les éléments mobiles dépendent du mouvement de l’air, jusqu’à émerger entièrement du cadre de l’œuvre et à rejoindre l’espace extérieur, précédemment ignoré. L’existence d’un élément cohérent dans la peinture qui investit la surface, est le signe d’une existentialité reconnue et instable, qui, en mouvement constant est née de l’espace silencieux en arrière-plan, et qui se combine avec celui-ci, afin d’occuper une place majeure pleine de mouvements animés à côté des éléments existants.

Ce diaporama nécessite JavaScript.