Fadi Al Hamwi, artiste-peintre syrien

Né à Damas, en Syrie en 1986
Il vit et travaille à Berlin, en Allemagne

L’artiste damascène Fadi Al Hamwi est titulaire d’un Bachelor en arts visuels (peinture murale et à l’huile) de la Faculté des Beaux-Arts de Damas (2010). En tant qu’artiste multimédia (peinture, vidéo, installation), il a participé à de nombreux expositions en solo et installations produites à Damas et à Beyrouth. Il a rejoint de nombreuses expositions collectives à Damas, Beyrouth, Dubaï, Londres, au Canada, et aux Etats-Unis. Il vit et travaille à Berlin, en Allemagne.

Le travail de Fadi Al-Hamwi montre une préoccupation de traduire l’expérience humaine de la guerre, plutôt que de produire un art porteur d’un message politique. Son travail artistique explore le manque d’humanité dans la guerre syrienne, exposant les hommes et les femmes dénudés jusqu’à la structure même de leurs os. Il donne un visage à la guerre et offre une perspective nouvelle et humaine sur le conflit.

Mot de l’artiste

Mon travail emploie le sarcasme comme un outil pour critiquer les traditions sociales, les croyances et les superstitions. Le sarcasme déclenche l’attention et la curiosité du spectateur en abordant de façon critique les réalités comi-tragiques. L’humour permet au spectateur de pénétrer dans l’espace de la critique sans pour autant activer directement des mécanismes de défense. ‘Société moins 180°’ invite le spectateur à repenser les structures sociales et sa position au sein de cette structure. Les déséquilibres sociaux et environnementaux sont mis en évidence, accentués par la guerre et la mort de masse.

Vu d’un contexte social, le travail se rapproche davantage de la forme naturaliste de l’individu exprimée à travers sa relation humain-animal ; et en utilisant des techniques telles que celle de ‘x-ray’, pour aller au-delà de l’évidence et percer l’invisible de la forme individuelle. Cela nécessite le concept d’aborder la nature sociale de l’homme à travers l’animalité instinctive et physique, ainsi que les états psychologiques de l’esprit humain.

La technique ‘x-ray’ expose des strates et des réalités qui ajoutent un élément féroce à la nature humaine. Elle exprime la relation homme-animal par le symbolisme et la connexion des os ; la mâchoire humaine comme un élément récurrent permet au spectateur de se connecter à l’animal récipient et de le recevoir comme tel, indépendamment de sa cruauté provocante. Ces œuvres dépeignent des pensées imperceptibles de violence et d’instincts meurtriers, et de quelle façon la guerre les provoque en manifestant le sombre côté de l’humanité.

Mon travail s’est décalé à partir d’une perspective sociale large dans mes premières œuvres de 2010-2012 vers une analyse minutieuse non censurée aux dimensions psychosomatiques en 2013-2014 et plus récemment sur la combinaison des deux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.