Khaled Akil, artiste multimédia syrien

Né à Alep, en Syrie en 1986
Vit et travaille à Istanbul, en Turquie

Khaled Akil est né à Alep, en Syrie, dans une famille de longue tradition et de grande influence artistique et politique. Son père est le célèbre peintre Youssef Akil. Son grand-père maternel est l’auteur syrien et figure historique Abd al-Rahman al-Kawakibi. Il est titulaire d’un Bachelor en Droit et Sciences Politiques de l’Université Arabe de Beyrouth, au Liban.

Khaled Akil a documenté son expérience dans le pays avant et pendant le conflit. En témoignant d’Alep, l’un des premiers sites habités au monde, l’expérience de la pire des tragédies dicte certains thèmes dans son travail. Un exceptionnel pas de deux entre nostalgie et tragédie, son art est tout, sauf porteur de lumière. Il est honnête, sombre, et laisse le spectateur avec davantage de questions que de réponses.

Dans sa série Legend of Death, Khaled utilise des topographies et des lieux présélectionnés comme toiles artistiques pour peindre une version actualisée de l’effusion de sang et de la guerre. Le déclin d’une culture exemplifiée par des coups de pinceaux rouges et noirs. Les cartes sont éditées afin de refléter la réalité de la guerre et l’effondrement de toute une civilisation. Il utilise une technique hybride entre photographie et peinture, et travaille ces deux médiums en strates pour créer des pièces audacieuses et émouvantes. Le rendu est puissant et chargé émotionnellement.

Le travail de l’artiste cherche à transcender les représentations médiatiques stéréotypées du conflit ; il l’aborde honnêtement, comme la tragédie humaine aux proportions épiques qu’il est dans sa réalité. Il explore l’état des choses (ou son absence) de la Syrie aux jours présents  ̶  un conflit rendu plus complexe encore de par la division du pays. Legend of Death reflète la réalité géopolitique et la désastreuse réalité humaine de la Syrie d’aujourd’hui, et accorde une attention particulière à la destruction que le conflit a causé à Alep et dans la Grande Syrie. Au mieux, c’est une transformation nihiliste ; au pire, c’est la destruction de la plus ancienne civilisation du monde.

La ligne d’horizon d’Alep et diverses effigies mésopotamiennes sont présentes dans le travail de Khaled, signifiant peut-être la plus grande fracture entre ce que la Syrie a été de par le passé et ce qu’elle est aujourd’hui. Il souligne l’importance de l’honnêteté dans son rôle d’artiste  ̶  il ne veut pas simplement rapporter des nouvelles et des événements, mais veut témoigner de sa propre vérité d’une manière brute et non filtrée. Si celle-ci peut paraître sombre, alors qu’il en soit ainsi. Quand il a été connu que des femmes syriennes étaient détenues comme esclaves sexuelles par ISIS, Khaled a utilisé son art comme un moyen de pointer du doigt la communauté internationale pour son absence de réaction.

Avec l’état actuel des choses en Syrie et les tragédies du pays coexistant à d’innombrables niveaux, Khaled cherche l’intemporalité à travers son art. Il est facile pour un étranger de connaître la Syrie seulement à travers des images qu’il voit dans les journaux télévisés ou sur les médias sociaux, négligeant complètement son histoire si vaste et si riche en tant que berceau de la civilisation. Dans Requiem pour la Syrie, Khaled utilise un  poignant mélange d’oiseaux, de danseurs traditionnels, de calligraphie et de sang pour raconter une histoire. Quel genre d’histoire exactement ? Khaled laisse au spectateur le soin d’en décider.

Les éléments individuels du travail de Khaled Akil   ̶   êtres humains, oiseaux, injustice sociale, topographie et calligraphie  ̶  ne sont que de simples symboles lorsque dépeints par eux-mêmes. Cependant en tant qu’entités congruentes, ils nous touchent émotionnellement, évoquant un fort sens de vérité (quoique tragique) à propos de la Syrie et de son avenir.

Au mieux, « l’Art doit provoquer, déranger, éveiller nos émotions, développer nos sympathies dans des directions que nous ne sommes pas en mesure d’anticiper et peut-être même de souhaiter ». En ce sens, le travail de Khaled Akil est la preuve tangible de tout ce qui précède et plus encore.

Ce diaporama nécessite JavaScript.